EXPO GRAFFITI du 5 au 25 mai

14/04/2015
Le graff à l'honneur sur les murs de l'Espace Jean-Lurçat !

EXPO GRAFFITI DU 5 AU 25 MAI

VERNISSAGE le samedi 23 mai, à 20h - Entrée libre

L'Espace Jean-Lurçat ouvre ses portes et confie ses murs et ses vitres à l'association "Les Enfants des Arts" qui réuni des artistes graffeurs, fidèles du festival Session 2 Style.

Dans le cadre de la quinzième édition du festival hip-hop Session 2 Style, le service de la coordination culturelle de la "Communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne" a souhaité valoriser la pratique et l'esthétique du graffiti. Aussi "la CALPE" a sollicité l'association "Les Enfants des Arts", afin de lui confier la direction artistique d'une exposition du 5 au 25 mai 2015, et d'une résidence d'artistes du 20 au 29 avril 2015 pour la production d'œuvres éphémères créées sur les espaces voués à la rénovation future de l'Espace Jean-Lurçat.

L'exposition est visible les mardis et jeudis de 15h à 18h, le mercredi de 10h à 12h30 puis de 15h à 18h, ainsi que les jours du Festival, les 22, 23, 24 et 25 mai.

Des œuvres inédites et éphémères ont été produites sur des espaces délimités voués à la rénovation future de l'Espace Jean-Lurçat, par BARTH-ONE, DUME, Marcel D, MEIK, MG la Bomba, Nourou Naro, Red, Réo, Sonet, Songe et SUN.C.

L'accrochage lui présente des œuvres récentes, petits et grands formats, sur papier, bois, plâtre ou toiles, de Barth, Djamb, Dume, Marcel D, Meïk, MG la Bomba, Nourou Naro, Réo, Sane2, Songe et SUN.C.

En plus des œuvres de ces artistes ayant gravité autour des précédentes éditions du festival, pour la 15ème édition de SESSION 2 STYLE, accompagné par DJ Ramone, DJ Sun, BeOZedZed, Donis bkm et quelques invités surprises, le vernissage de l'exposition sera l'occasion d'une projection rétrospective des différentes réalisations et temps forts qui ont jalonné le parcours du festival.

 

 

ou plus d'infos sur www.sampledesprit.com

 

Infos pratiques :

Exposition du 5 au 25 mai 2015
les mardis et jeudis de 15h à 18h
les mercredis de 10h à 12h30 et de 15h à 18h
ainsi que les jours du Festival 22,23, 24 et 25 mai

Vernissage : Samedi 23 mai à partir de 20h

Espace Jean-Lurçat
Place du Maréchal Leclerc 91260 Juvisy-sur-Orge

Accès :
En voiture : par l'A6, puis N7 (sortie Juvisy-Centre)
ou, par la Francilienne, puis N7
En RER C ou D : à 5min à pied de la Gare de Juvisy-sur-Orge

S2S image info ptratique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La direction artistique de l’exposition graffiti du festival Session 2 Style a été confiée à l'association "les Enfants des Arts".
L'association poursuit une démarche de "Création de Proximité" : favoriser l’accès à la culture de chacun par le partage des pratiques artistiques et des savoir-faire.
Fondée par Nour Assouma en 1994, après avoir accompagné le mouvement graffiti par des ateliers, des fresques, performances et expositions, elle oeuvre aujourd’hui pour la promotion
des murs d’expression et d’exposition.

association “Les Enfants des Arts” :
1, place de l’Orme des Mazières 91210 Draveil
mail : contact@sampledesprit.com
Site : www.sampledesprit.com

 

 

Décors, Persos et LETTRAGES

Régulièrement les lettreurs sont mis en valeur lors du festival Session 2 Style. Exceptionnellement privée de Jam Graffiti en plein air, cette 15ème édition, à travers son exposition, ne déroge pourtant pas à la règle.
Le choix puis la poursuite du travail de la lettre, pour des peintres confirmés n'est pas anodins. Ce choix de la graphie est celui d'une pratique on ne peut plus répandue au sein d'une communauté majoritairement alphabétisée. Ce choix permet donc à tout un chacun d'apprécier le style apporté à des motifs de base parfaitement connus, aucune autre référence que celle de l'alphabet n'est nécessaire pour entrer dans ce jeu de formes ou pour certains dans cette compétition.
Efficace, harmonieux, dynamique, hésitante, maladroite, bancale... sont autant de qualificatifs possibles pour un lettrage.

Graff image 1 dume
Graff image 2 Meik

 

Dume (p19) , Meïk (elm), Sane2 ou bien Songe, sont des graffeurs virtuoses, énergiques, impliqués, exigeants , amoureux de la lettre, vieux de la vieille aux compositions massives et fluides, avec un sens aiguisé de la couleur.
Marcel D. plus jeune, a lui une autre pratique de la lettre, proliférante, chaotique, instinctive, compulsive, avec une accumulation vibrante
voire stridente de couleurs contourées.
Aux antipodes, Réo, lui, privilégie l’harmonie des tons et des courbes.
Quant à MG, connu pour sa célèbre Bomba, il pratique la « 3D » faisant flotter ses deux lettres dans des espaces virtuels faisant fi des différents angles, arêtes, et autres contraintes de ses supports muraux.

Autre élément récurant dans le graffiti, le perso (personnage) est lui aussi bien représenté dans l’exposition, par les créations toutes très personnels, tantôt jetée, graphique, déformée, onirique ou réaliste, de Barth, Dume, Nourou Naro, Songe, Sun.C…

Et enfin le décor, moins présent mais très travaillé notamment dans les toiles de Dume ou de MG, révèle de fortes aptitudes à la minutie.

 

Barth
BARTH est un graffeur-illustrateur/globetrotter, né à Paris. C’est en 1993, qu’il commence à enfiler sa capuche pour esquisser des visages noirs en réaction à une société trop aseptisée.
Il bodypaint dans diverses soirées avec le collectif Nice to paint you en 2010, Tout en continuant ses voyages en solitaire. En 2011, il met au point au point une nouvelle forme de graffiti numérique tout terrain, qu’il baptise LED-Painting.
La même année, il crée l’association Mondoélé avec La Touch’Turkoiz. Ils vont réaliser ensemble, un projet de 10 mois sur les 5 continents, nommé Elé-vazion. Le but étant d’échanger des techniques avec différents artistes et de monter des ateliers d’arts & multimédia à travers le monde.
http://www.barth-one.com

Barth illustre en direct les improvisations des slameurs lors de la clôture du festival Session 2 Style 2014.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dume
Né en 1973, Dume est membre actif du collectif graffiti P19. Amateur de BD depuis l’enfance, DUME a toujours dessiné.
Parallèlement à son travail de la lettre, il diversifie ses supports et techniques. Customisation de meubles, illustration pour affiches ou pochettes de disques, production de toiles, il collabore aussi
avec le collectif V3M à des projets de sculptures urbaines combinant métal, béton, végétal vivant et toiles graffiti.
http://www.dume-p19.com

Marcel D
Marcel D. parmi les plus jeunes exposants, a un style emprunt de spontanéité assez singulier et reconnaissable, il a une autre pratique de la lettre, proliférante, chaotique, instinctive, compulsive, avec une accumulation vibrante voire stridente de couleurs contourées.

Marcel D. en action lors de la résidence d'artistes.

Marcel D. en action lors de la résidence d'artistes.

Meïk
MEIK est un artiste issu de la scène graffiti. Basé dans la banlieue sud de la capitale, il comptabilise de nombreuses années de travaux divers réalisés dans la rue. Ce n'est qu'à partir de 2003
que sa réflexion artistique bascula pour donner lieu à un travail en terrain ou sur toile où l'esthétique du graffiti originel reste malgré tout dominante. Dans la lignée de ses pères fondateurs son travail
se concentre sur la lettre autour de laquelle peut venir s'articuler des compositions graphiques ainsi que des décors. Ses peintures sont franches, fraîches, dynamiques et simple et l'ont conduit à
exposer dans différents lieux comme le CAES, médiathèque, parvis de gare TGV, stillmusik.com, grand palais etc...

MG la Bomba
Né en 1982, sa vision du futur était de peindre des toiles dans un style urbain. Le graffiti prend une place très importante dans sa vie et il s’entraîne alors dans son quartier. Il a parcouru pendant
des années Paris et sa région pour mettre de la couleur sur ses murs et enrichir visuellement la vie des gens.
Il perfectionne son logo (la petite bomba) et ses lettrages en 3D dans des endroits risqués. Sa détermination et sa passion l'ont conduit dans d'autres lieux et d'autres ambiances. Son amour
pour l'art est sans limite et ses créations se déclinent également sur toile et sur papier.

Interaction entre Nourou Naro, Obtor et MG la Bomba lors du Graffiti Jam Session 2 Style 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nourou Naro
« Enfant du monde, après un séjour au Bénin, j’ai retrouvé les bords de Seine que je n’ai jamais plus quitté très longtemps. En décembre 1993, au Sénégal, puis en juillet 1994, au Mali, en
partageant le quotidien de mes hôtes je replonge dans les réalités africaines, dont le système D et l’action collective. C’est entre ces deux séjours que je fonde "les Enfants des Arts".
En 1999, j’ai retrouvé la terre de mes jeux d’enfants, ce séjour au Bénin m’a ouvert les yeux sur l’origine de mes assemblages, ficelages et autres bidouillages. J’en suis revenu des mythes plein
les armoires, scribe, un peu griot, plume, qui sait peut-être futur MC.
J’écris, je raconte, je rencontre et je rend conte. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un jeu d’enfant, que je faisais ça comme j’aurais pu faire autre chose et d’ailleurs je fais plein d’autres choses. Je
dessine, je peins, j’assemble, j’installe, je photographie, je filme et je blogue même, mais toutes ces choses finalement ne sont que prétextes à écrire. J’écris à cette muse dont je sais bien que je ne
sais rien si ce n’est qu’ LRSTOPI , celui de mon enfance, là-bas sous le Bas-Empire du Quiproquo Bénin, quelque part en Anomalie, là où du coq à l’âne, il n’y a qu’un pas, là où surtout l’un n’empêche pas l’autre.
Adolescent, j’ai découvert à travers le Hip-hop, un espace de liberté, d’expression et de rencontre. Adulte, alors que je faisais des pieds et des mains pour joindre les deux bouts (l’utile au
futile), comme l’avaient fait un peu plus tôt les gestes de ma petite enfance africaine, le hip-Hop m’a rattrapé, comme un présent du passé."
http://www.sampledesprit.com

 

Songe
« (…) Tout jeune j’aimais bien dessiner. J’ai appris à lire en bouquinant des BD. à la fin des années 80, je découvre le graffiti. J’ai tout de suite été fasciné.
Durant la première moitié des années 90, je peins régulièrement, en banlieue comme à Paris. Mes rencontres avec des peintres comme Nascio ou Popay m’ont ouvert de nouveaux horizons et
poussé vers des styles plus novateurs. A partir de 1996, je reviens vers un graffiti plus classique à base de lettrages et de BBoys. J’intègre la même année le groupe Val (…).
Vers 2000 je me joins au crew Dsk. Toujours très actif en terrain, j’affine ma technique en alternant contours et volume, réalisme et rendus graphiques... Je dessine beaucoup sur papier.
Progressivement j’en viens à personnaliser mes lettrages, travaillant autour du thème de la fleur que je peins dans des lieux abandonnés.
J’ai voulu travailler cette thématique parce que pour moi les fleurs, les mauvaises herbes sont la métaphore du graffiti :
- Elles sont éphémères.
- Elles se nourrissent de leurs milieux et se développent de manière anarchique.
- Elles colonisent un lieu jusqu’à la saturation.
- Elles apportent une touche de couleur dans notre environnement.
Je vois cette série de toile comme un prolongement de mon travail en extérieur. »

Grand format de Songe, exposé Espace Lurçat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sun.C.
SUN.C est un artiste autodidacte ayant débuté par le dessin dès son plus jeune âge avant de se tourner vers le graff. L'univers de la rue ne lui suffisant pas, il se forme en infographie et commence
à travailler pour des labels indépendants de musique et des entreprises. Perfectionniste, il passe 2 ans sur les bancs des Beaux Arts de Paris pour apprendre sur le dessin anatomique. Ce
travail de dessin classique lui permettra d'enrichir sa conception du dessin d'imagination. L'illustration et la fresque live sont aujourd'hui ses registres préférés. Sun.C travaille depuis 10 ans
dans le milieu associatif et pour les collectivités de la région parisienne, réalise des commandes privées de toiles et fresques et des décors de clips, bars, résidences etc. Président de
l'association Nadbeez, il donne les moyens à de jeunes artistes de s'exprimer, de se rencontrer, et de participer à des événement autour de la culture street et hip hop.
http://sunsei.blogspot.com

Portrait en cours par Sun.C lors de la résidence d'artistes.

Portrait en cours par Sun.C lors de la résidence d'artistes.

 

SANE2
SANE2 est né en 1976, et depuis son plus jeune âge aime dessiner. Par le plus grand des hasards il rencontre le graffiti en 1992 en feuilletant un des rares fanzines spécialisés photocopiés
en noir et blanc provenant de la capitale. Il fait ses armes dans des terrains vagues et dans la rue pendant plusieurs années. Ses influences furent, dès le départ, les scènes parisienne et newyorkaise
avec notamment l'acquisition du livre « Spraycan Art » qu'il considérera et considère toujours comme l'ultime référence.
En 1997, il décide d'y consacrer tout son temps et son énergie afin de transformer sa passion en mode de vie à part entière. En 2000, il prend alors la décision de ne se consacrer qu'à la peinture
en fondant l'association AERO laquelle devient rapidement la structure graffiti de référence en France en créant la première base de données sur internet dédiée à ce mouvement. En
parallèle, il coordonne et anime de nombreux ateliers d'initiation/perfectionnement à la pratique de la bombe aérosol dans toute la Basse Normandie et met en place des rassemblements d'artistes et autres expositions.
Deux casquettes donc, sur la tête de Sane2: celle de coordinateur du collectif AERO et celle d'artiste indépendant. Sa volonté est aujourd'hui d'amener sa culture, son art, son mode d'expression,
à explorer de nouveaux horizons en mixant supports, matières, médias et collaborations.
Ses nombreuses réalisations passent du conventionnel au traitement d'oeuvres beaucoup moins "lisse". Le plus gros défi étant pour lui de ne pas s'imposer de limites..!
http://www.sane2.com

Sane2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier graff
Pendant près de quinze ans et jusqu’à l’année dernière, l’ATelier Graff d’Athis-Mons s’est impliqué dans divers projets: animation, performances, décoration, et la Jam Graffiti du Festival SESSION 2 STYLE.
Pour la 15ème édition de SESSION 2 STYLE, accompagné par DJ Ramone, DJ Sun, BeOZedZed, Donis bkm et quelques invités surprises, le vernissage de l’exposition sera l’occasion d’une
projection rétrospective des différentes réalisations et temps forts qui ont jalonné le parcours du festival

graff image 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DE L’AMPHI...
Situé dans la pente du Parc d’Avaucourt à Athis-Mons (91), l’Amphi, devenu « Théâtre de verdure », tient une place spéciale dans la culture hip-hop locale. Évoquant l’architecture où se donnera le concert du film culte « Wild Style » de Charlie Ahearn en 1983, il deviendra la « Paint House » de JonBuzz et Mist en 1991.
Tout en muant plusieurs fois jusqu’à son aspect actuel, l’Amphi a accueilli jusqu’à sa 14ème édition en juin 2014 le Festival Session2Style avec son concert gratuit et en plein air, et son traditionnel Graffiti Jam…

L'Amphi de "Wild Style"

L'Amphi de "Wild Style"

L'Amphi d'Athis-Mons

L'Amphi d'Athis-Mons

... À L’ESPACE JEAN-LURCAT
Déjà très fortement impliqué dans le Festival Session 2 Style, notamment à travers les spectacles de danse présentés chaque année par l’association « Too Hight Spirit » et le chorégraphe Michel Onomo, l’Espace Jean-Lurçat de Juvisy/Orge ouvre aujourd’hui grand ses portes au graffiti pour cette 15ème édition.
La mise à disposition aux artistes graffeurs de murs, de vitres et de mobilier a été facilité par la rénovation futur du lieu… Peintre et illustrateur français, Jean Lurçat est l’un des maîtres de la
tapisserie contemporaine, il n’est désormais plus le seul à tapisser les murs de l’Espace.
1957 – 1958 : À la suite des bombardements d’avril 1944, Juvisy tente de reconstruire sa ville par de grands ensembles architecturaux. Lors de son ouverture, elle est la troisième plus grande salle de la région parisienne après le Châtelet et le Théâtre National Populaire. Son style est typique de l’urbanisme d’aprèsguerre.
10 0ctobre 1959 : Inauguration de la salle avec présentation d’un épisode de la célèbre émission de variété de l’époque « 36 chandelles » de Jean Nohain, grand parolier français.
26 février 1960 : Acquisition de la tapisserie « Le Jardin du Poète » de Jean-Lurçat évaluée à 35000 nouveaux Francs pour décorer le foyer de la salle des fêtes Jean-Lurçat
Juin 2005 : début des travaux de rénovation intérieure de la salle des fêtes.
Mars 2007 : réouverture de la salle des fêtes, qui porte désormais le nom d’Espace Jean-Lurçat, avec le festival celtique des Irlandays.
Janvier 2011 : transfert de la compétence culture à la communauté d’agglomération, transfert de l’exploitation de l’Espace Jean-Lurçat. Une saison pluridisciplinaire est alors
proposée par le service de la coordination culturelle.
2015 : nouveaux travaux de rénovation…

 

Merci !
Merci à ces artistes qui ont répondu présents par le passé pour soutenir ou participer à l'une des jams graffiti du festival Session 2 Style.
Pour la première fois depuis si longtemps, pas de jam graffiti ni de concert à l'Amphi d'Athis-Mons pour la 15ème édition qui s'annonce, mais une occasion que les graffeurs
ont saisi de se retrouver pour préparer et présenter une exposition graffiti à l'Espace Lurçat. Merci à l'équipe de l'Espace Jean-Lurçat d'avoir su convenir d'un cadre formel, d'un point de
départ pour concevoir l'exposition.
Merci aux graffeurs d'avoir répondu présents au pied levé, à une semaine du début de la résidence d'artistes qui a permis cette exposition !
Festival résolument hip-hop, Session 2 Style conserve sa dynamique interdisciplinaire: les concerts et spectacles de danse du festival auront également lieu dans la salle de spectacle Jean-Lurçat.
15ème festival, une étape, un tournant, un bilan, une renaissance ?....
( PeAcE! >(._-)<C’est le partage de nos différences qui nous unit, l’art est notre territoire)

Réalisation lors du Graffiti Jam Session 2 Style 2014

Réalisation lors du Graffiti Jam Session 2 Style 2014

Réalisation lors du Graffiti Jam Session 2 Style 2008 avec Red.

Réalisation lors du Graffiti Jam Session 2 Style 2008 avec Red.

Depuis les fourmis de Reo se baladent sur les murs de l’Espace Jean-Lurçat …

Depuis les fourmis de Reo se baladent sur les murs de l'Espace Jean-Lurçat